bateau goeland et aigrette.png

À méditer

Chalutier au port de Sète.

Panneau (lest) soutenant l'ouverture horizontale du filet traîné au fond de la mer par un chalutier.

 

Que faut-il voir ?

Une plaque de fer que la rouille détruit par un long travail de corrosion,

ou une palette de couleurs riches et chaudes, ensoleillées et exotiques ?

Que faut-il voir ?

Un goéland et une aigrette dans un environnement contre-nature, 

ou l'étonnante spécialisation des espèces par opportunisme ou pour survivre ?

Que faut-il voir ?

Des anneaux de servitude ou des chaînes de solidarité ?

Des filets particulièrement efficaces ou une surpêche destructrice ?

Une nourriture facile à portée de bec ou une vie gangrenée de paresse et d'insouciance ?

...

Dans ce nouveau biotope, les cris des goélands et des aigrettes s'accordent aux vociférations et aux klaxons des alentours. Les pattes palmées, les échasses, les becs effilés et même les ailes paraissent saugrenues. Le guano, riche engrais, est devenu souillure ... N'empêche, à regarder la fière allure et les atours immaculés de ces oiseaux je me dis : « Quelle chance qu'ils soient là ! »

Ils m'invitent à ne pas réduire l'existence à ce que j'en vois. Derrière ce décor artificiel il existe une nature, un espace, une vie foisonnante.

Ils m'invitent à accueillir l'étranger ou l'étrange comme autant de possible, d'ouverture, d’étonnement qui enrichissent l'existence.

Ils m'invitent à croire que toute vie a une valeur intrinsèque, une dignité telle, que toujours l'on puisse en dire : « Quelle chance qu'elle soit là » !

 

Sujet : Chalutier au port de Sète, goéland et aigrette. 

Technique : huile sur toile.

Format : 112 x 36 cm.

Date : mars 2022

Signé en bas à droite ; daté et signé au dos.